Sacoches ou tapis à poche ?

 

Maintenant que vous avez préparé votre matériel (la veille, c’est mieux !), il vous faut le transbahuter sur le POR, enfin votre cheval plutôt.

Seulement voilà, rien que le matériel règlementaire est conséquent niveau poids et encombrement (surtout le kit de maréchalerie), sans parler des vêtements de pluie, bouteille d’eau et  autre « éléments de survie » qui sont tout autant indispensables sur un POR. La question de la bagagerie arrive donc rapidement sur le tapis.

Je voudrais ici vous amener à réfléchir quelques minutes sur l’ergonomie et l’adaptation du matériel que vous utilisez car je vois trop souvent des chevaux très mal harnachés sur les TREC. Tout comme le reste de votre équipement, la bagagerie doit être adaptée à votre cheval dans le sens où elle doit pouvoir être portée sur des longues heures à des vitesses conséquentes. Cela n’est pas anodin et vos chevaux ne disposent pas de la parole, à vous donc d’être particulièrement attentifs au matériel utilisé. À ce sujet je ne vais pas ici vous faire un laïus sur la selle que vous utilisez, mais je vous invite fortement à faire un tour sur ce site si vous ne le connaissez pas déjà : http://www.saddlefitting.fr/

Evidemment, vous ne partez pas non plus faire une randonnée de 4 mois dans le Vercors, l’utilisation que vous avez de ce matériel reste ponctuelle, donc l’investissement que vous y mettez doit lui aussi être proportionnel.

 

Le premier type de bagagerie que vous pouvez trouver dans le commerce à prix abordable est le tapis à poche, dit tapis de randonnée.

 

Il en existe plusieurs types, plus ou moins renforcés, avec plus au moins de contenance. Cependant si j’ose le parallèle, des tapis à poches de ce type ce sont comme les sacs en tissu et cordons publicitaires que l’on nous donne parfois : c’est très bien pour porter un poncho et un kiri sur une balade, mais pas plus. En effet, avec ce type de tapis, les éléments que vous allez mettre dans le poches sont quasiment en contact direct avec les flancs de votre cheval, impossible de porter des éléments solides, voire contondants, avec ce type de tapis. De plus, le poids sera très mal réparti, principalement concentré au niveau de la colonne de votre cheval et une surcharge fera bouger l’ensemble du tapis (ou la galère du tapis qui recule ou avance sans cesse). Si je reprends le parallèle avec le sac publicitaire, si les objets sont solides ils vont vous rentrer dans le dos, et s’ils sont lourds, vous porterez uniquement le poids sur les petits cordons qui vont vous rentrer joyeusement dans les épaules…

 

     =        ≠        

De la même façon, si vous mettez des sacoches sans renforts côté cheval sur un tapis en coton fin, vous aurez le même problème. À partir du moment où vous avez les éléments de bagagerie qui reposent sur les flancs, il vous faut un tapis épais et des sacoches renforcées côté cheval. Il ne faut pas négliger l’importance d’un bon tapis de randonnée. Ces tapis sont surtout beaucoup plus grands en moyenne que les tapis ordinaires, afin que les différentes sacoches avant et arrière soient toujours sur le tapis et pas au contact du cheval. Et ils sont plus épais, généralement ils sont fait soit en feutre, en laine ou en mouton, soit en matière synthétique (tapis type Haf). Les but de cette surépaisseur est de mieux répartir les charges sur le dos (de la selle et des sacoches) mais aussi de protéger des frottements et des pressions ponctuelles que peuvent exercer les différents éléments rangés dans les sacoches.

Par soucis d’économie, vous pouvez fabriquer vous-même un tapis adapté à partir de vet-bed, une matière synthétique faite pour les paniers pour animaux à la base mais qui a des propriétés similaires au mouton ou au feutre, tout en passant à la machine à 30°C. Le tutoriel ici : http://larandonne.pagesperso-orange.fr/Documents/Vet-Bed.pdf

 

      =           ≠      

 

 

Deuxième élément de bagagerie le plus courant : les sacoches.

 

 

 Elles existent en tissu ou en cuir. Celles en tissu sont bien plus abordables, mais encore une fois, il faut être vigilant sur l’épaisseur proposée côté cheval (et à leur solidité en général, souvent exprimée en deniers/cm², 600 étant le top du top). L’avantage des sacoches en cuir, c’est que vous êtes surs que les objets contondants mis à l’intérieur ne viendront pas rentrer dans les côtes de votre cheval à chaque foulée.

Mais le gros gros inconvénient de ce type de sacoches, c’est que leur poids repose quasiment en totalité sur le pont, c’est-à-dire la partie qui les relient entre elles. Et c’est là où le bât blesse, il faut obligatoirement avoir une selle avec pont arrière pour ne pas que les sacoches reposent directement sur le dos du cheval. Sinon le poids est directement porté sur la colonne et c’est douloureux pour le cheval. Surtout que la plupart du temps, les cavaliers mettent ces sacoches directement derrière leur selle, sur les reins de leur cheval donc…  lieu le plus faible et sensible du dos du cheval. Là je n’ai pas d’images de comparaison étant donné que l’on ne se balade pas à quatre pattes, mais imaginez quand vous avez mal aux reins, ça doit faire un peu le même effet…

 

   +         =     

 

   +         =    

 

Arrivé à ce stade de l’article, vous vous dites que j’y vais certainement un peu fort étant donné que 80 % des concurrents en TREC utilisent soit un tapis à poche soit, des sacoches à même le tapis voir le dos du cheval.  J’ai envie de vous dire, c’est bien là le problème ! Il y a quand même « techniques de randonnée » dans TREC, savoir harnacher son cheval correctement pour ne pas qu’il se blesse ou se fatigue inutilement est à mon sens aussi important que de savoir bien le mener en extérieur.

 

Bref, si vous faites partie des cavaliers qui ont une selle mixte sans pont arrière, des solutions de bagagerie existent. Et cela pas nécessairement pour beaucoup plus cher, par contre faut plus se creuser la tête, c’est certain.

 

Tout d’abord les fontes :

 

 

Les fontes sont les petites sacoches qui se fixent à l’avant de la selle. Elles s’accrochent sur les anneaux de fixation à l’avant de la selle qui sont toujours présents, les fontes peuvent donc être adaptées sur toutes les selles. Cependant, comme pour les sacoches arrières, elles nécessitent d’être posées sur un tapis épais qui couvre donc largement les épaules du cheval, soit un tapis spécifique de randonnée. De même elles ne doivent pas frotter sur le garrot de votre cheval, donc être bien arrimées à la selle.

 

Par contre, vous ne pourrez pas mettre énormément d’affaires dans les fontes. Il vous faudra donc un complément. Pour cela, il existe des sacoches sans ponts. Ce sont donc des sacoches individuelles qui viennent se fixer aux anneaux à l’arrière de la selle. Ces anneaux de fixation se rencontrent parfois sur certaines selles mixte de série, mais ils peuvent être facilement ajouté par un sellier ou un bourrelier sur à peu près toutes les selles, y compris synthétiques. 

 

 Ces sacoches constituent donc une alternative idéale, mais elles sont plus difficiles à trouver. Il en existe de nombreux modèles en tissu pour l’endurance que l’on retrouve en particulier dans les selleries anglaises. Certaines vont parfois jusqu’à recouvrir le troussequin de la selle pour une plus grande contenance. Je pense qu’il est aussi possible de s’en « fabriquer » à partir de petites sacoches en tissu issus des stocks de l’armée par exemple.

 

Attention, là encore sur les sacoches en tissu, si elle reposent sur le cheval, elles doivent reposer sur un tapis épais et être suffisamment renforcées côté cheval.

 

En définitive, si vous voulez investir dans du matériel pour le TREC, je vous conseille d’abord de miser sur un bon tapis, épais et large qui vous permettra de poser dessus par la suite des sacoches. Les tapis en feutre, mouton ou du type Haf ou encore vet-bed fait maison sont très bien.

Ensuite, personnellement j’ai acheté un tapis Haf, des fontes (celles décathlon sont très bien) et j’ai une selle mixte avec anneaux de fixation à l’arrière. Je pense donc investir rapidement dans des sacoches individuelles en fonction de ce que je trouverais (avec préférence pour le cuir).

Si vous avez un budget vraiment très très court, je pense que le meilleur compromis est un bon tapis de randonnée avec poches, voire un tapis de randonnée + un tapis à poches, couplé avec une paire de fontes. Si vous mettez les éléments les plus lourds et contondants dans les fontes et chargez modérément les poches du tapis, cela fonctionne.

 

 +        =      

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site